Kabila refuse 1,7 milliards de dollars d’aide humanitaire des Nations-Unis sous prétexte que la RDC n’est pas confrontée à une crise humanitaire

Actualité, République démocratique du Congo Aucun commentaire 217

Lorsque les Nations Unies organiseront une conférence des donateurs la semaine prochaine pour recueillir 1,7 milliard de dollars pour la République démocratique du Congo, un pays important ne sera pas présent: le Congo lui-même.

Le gouvernement du président Joseph Kabila a déclaré qu’il boycotterait le rassemblement, niant que sa nation d’Afrique centrale soit confrontée à une crise humanitaire.

Cette décision, qui a surpris certains diplomates, est un autre signe de l’isolement croissant du gouvernement de M. Kabila, qui a fait face à la rébellion interne et à la critique internationale pour s’être tenu au pouvoir au mépris des limites constitutionnelles.

La position de plus en plus belliqueuse du gouvernement vient à l’encontre de ce qu’il appelle «l’ingérence» internationale dans la politique du pays. Sous la pression internationale intense, le gouvernement de M. Kabila tiendra de nouvelles élections en décembre, mais il a rejeté toute aide extérieure avec le scrutin.

« Nous ne sommes pas d’accord avec la façon dont nos amis parlent de la République démocratique du Congo », a déclaré Freddy Kita, vice-ministre de la coopération internationale, s’exprimant par téléphone depuis la capitale congolaise, Kinshasa. « Je suis en République démocratique du Congo et membre du gouvernement. Il n’y a pas de crise humanitaire ici.  »

Les Nations Unies affirment que les contestations du régime de M. Kabila ont provoqué l’effondrement de l’autorité politique, menant à des combats qui ont provoqué le déplacement de 4,5 millions de personnes et laissé 2 millions d’enfants gravement sous-alimentés. Il a déclaré le Congo comme l’une des pires urgences humanitaires au monde, à égalité avec la Syrie et le Yémen.

Pour répondre à la crise, le Bureau des Nations Unies pour la coordination de l’aide humanitaire a organisé la conférence des donateurs à Genève le 13 avril pour lancer un appel à l’aide au Congo afin de fournir une aide d’urgence – nourriture, assainissement, abris et éducation – à plus de 13 millions de personnes touchées par la violence.

M. Kita a déclaré que les appels à l’aide étaient « une campagne de diabolisation ». Les responsables congolais ont convoqué une réunion séparée à Genève avec d’autres responsables africains, leur demandant de dénoncer l’aide humanitaire, selon un diplomate connaissant la question. Les autres nations n’ont pas accepté la demande.

Source

Zertine
Zertine

Rédactrice du site reponserapide.com, Je vous rapporte des brèves informations.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut