L’Arabie Saoudite déclare que des infrastructures pétrolières sont attaquées par des drones

Arabie Saoudite 1 commentaire 188

Les houthis affirment que les attaques de drones sont une réponse aux « crimes » saoudiens au Yémen. Ces assauts sont le dernier d’une série de problèmes de sécurité auxquels le Moyen-Orient est confronté, à la suite du prétendu sabotage de pétroliers au large des Émirats arabes unis.

L’Arabie saoudite a déclaré mardi que des drones avaient attaqué l’un de ses oléoducs, alors que d’autres assauts avaient visé des infrastructures énergétiques ailleurs dans le royaume, peu après que les rebelles yéménites eurent revendiqué des attaques coordonnées de drones sur le pouvoir régional.

Les attaques ont marqué les derniers incidents mettant en péril la sécurité au Moyen-Orient après le prétendu sabotage de pétroliers au large des Émirats arabes unis plus tôt dans la semaine et ont exacerbé les tensions entre les États-Unis et l’Iran.

Les rebelles houthis du Yémen, contre lesquels la coalition saoudienne se bat depuis mars 2015, ont déclaré avoir lancé une série d’attaques de drones sur le royaume, de l’autre côté de la frontière avec le Yémen.

Le porte-parole des rebelles, Mohammed Abdel Salam, a déclaré à l’Associated Press: « Ceci est un message pour l’Arabie Saoudite, arrêtez votre agression. »

« Notre objectif est de réagir aux crimes qu’ils commettent chaque jour contre le peuple yéménite », a ajouté Salam.

Pétrole ciblé

Le ministre de l’Énergie, Khalid al Falih, a déclaré dans un communiqué que des drones avaient attaqué une station de pompage de pétrole alimentant un pipeline reliant sa province orientale riche en pétrole au port de Yanbu, sur la mer Rouge.

Un incendie a éclaté et les pompiers l’ont par la suite maîtrisé, bien que l’Etat saoudien Aramco ait cessé de pomper du pétrole dans l’oléoduc.

L’organe de sécurité d’Etat du royaume a également déclaré que deux stations de pompage de pétrole dans la grande région de Riyadh, la capitale enclavée, étaient également visées.

Selon le communiqué, il s’agirait d’un « ciblage limité » des stations pétrolières dans les régions d’al Duadmi et d’Afif dans la région de Riyad, sans plus de précision.

Falih a qualifié l’attaque de « lâche », affirmant que de récents actes de sabotage contre les installations vitales du royaume visaient non seulement l’Arabie Saoudite, mais également la sécurité de l’approvisionnement énergétique mondial et de l’économie mondiale.

Il a déclaré que cela réaffirmait la nécessité pour la communauté internationale de faire face aux activités de groupes tels que les Houthis. Il a également promis que la production et l’exportation de pétrole saoudien ne seraient pas interrompues.

L’indice de référence du Brent s’est échangé à 71 USD le baril mardi, en hausse de 1,27 USD le même jour.

L’attaque contre des cibles pétrolières saoudiennes intervient après l’attaque de quatre pétroliers  dimanche dernier dont deux pétroliers saoudiens, un norvégien et un émirien.

La menace iranienne

Mais cela démontrait les risques accrus pour les chargeurs dans une région vitale pour l’approvisionnement énergétique mondial alors que les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran montaient à propos de la conclusion d’un accord sur le nucléaire avec les puissances mondiales.

Les États-Unis ont averti les marins de la possibilité d’attaques sur le trafic maritime commercial et les alliés régionaux des Émirats arabes unis ont condamné le sabotage allégué, les pétroliers se trouvant au large de la ville portuaire de Fujairah, dans les Emirats Arabes Unis.

Un responsable américain à Washington, sans présenter aucune preuve, a déclaré à l’AP que l’évaluation initiale d’une équipe militaire américaine indiquait que l’Iran ou ses alliés iraniens utilisaient des explosifs pour percer les navires.

Le fonctionnaire, qui n’était pas autorisé à discuter de l’enquête, a accepté de révéler les conclusions uniquement s’il n’était pas cité nommément.

La 5ème flotte de la marine américaine, qui patrouille dans le Moyen-Orient et opère à partir d’une base à Fujairah, a à plusieurs reprises refusé de commenter.

Les États-Unis avaient déjà averti leurs navires que « l’Iran ou ses mandataires » pourraient cibler le trafic maritime dans la région.

La tension américano-iranienne se dissipe

L’Amérique déploie un porte-avions, le USS Abraham Lincoln, et des bombardiers B-52 dans le golfe Persique pour contrer les menaces présumées, toujours non spécifiées, de Téhéran.

Mardi, l’Espagne a temporairement retiré l’une de ses frégates faisant partie d’une flotte de combat dirigée par les États-Unis près du golfe Persique en raison de la montée des tensions entre les Etats-Unis et l’Iran.

Le ministère de la Défense a annoncé que le Mendez Nunez, avec 215 marins à bord, ne traverserait pas le détroit d’Ormuz dans le Golfe avec l’USS Abraham Lincoln. La frégate espagnole était le seul navire non américain de la flotte.

Citant des tensions accrues dans la région, les Nations Unies ont appelé « toutes les parties concernées à faire preuve de retenue dans l’intérêt de la paix régionale, notamment en assurant la sécurité maritime » et la liberté de navigation, a déclaré le porte-parole adjoint de l’ONU, Farhan Haq.

Les tensions dans la région se sont accrues depuis que Trump a retiré l’Amérique de l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales, et rétabli les sanctions américaines qui ont plongé l’économie iranienne dans une crise.

La semaine dernière, l’Iran a averti qu’il commencerait à s’enrichir de l’uranium à des niveaux plus élevés d’ici 60 jours si les puissances mondiales ne négociaient pas de nouvelles conditions pour l’accord.

Les pétroliers étaient visibles sur les images satellites fournies mardi à l’AP par Maxar Technologies, basée dans le Colorado.

Un barrage a entouré le pétrolier émirati A Michel, indiquant la possibilité d’une fuite de pétrole. Les trois autres n’ont montré aucun dommage majeur visible vu d’en haut.

La guerre du Yémen

Le Yémen a sombré dans la guerre civile en 2014 lorsque les  houthis ont capturé la capitale, Sanaa.

Une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est entrée en guerre en mars 2015 pour aider les troupes gouvernementales confrontées à la progression des Houthis.

Depuis lors, le conflit a tué environ 10 000 personnes, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Les groupes de défense des droits de l’homme affirment que le nombre de morts pourrait être cinq fois plus élevé.

La guerre a poussé 14 millions de Yéménites au bord de la famine dans ce que les Nations Unies qualifient de pire crise humanitaire dans le monde.

Les États-Unis ont soutenu la coalition pendant des années en dépit de ses attaques aériennes tuant des civils et ne commencent tout récemment à prendre du recul qu’après l’assassinat en octobre du chroniqueur du Washington Post , Jamal Khashoggi, au consulat d’Arabie saoudite par des agents saoudiens.

Ce n’est pas la première fois que les Houthis du Yémen utilisent des drones comme armes: un drone chargé de bombes lancé par les rebelles a explosé lors d’un défilé militaire organisé en janvier par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, faisant au moins six morts.

Les responsables de la coalition ont récemment présenté une série de drones qui, selon eux, témoignent d’une sophistication croissante des Houthis, en commençant par des modèles en mousse de plastique pouvant être fabriqués avec un kit de loisir, puis par un autre capturé en avril ressemblant à un drone de fabrication iranienne.

Selon le groupe de recherche « Conflict Armament Research », ces drones ont été lancés dans les matrices radar des batteries de missiles Patriot en Arabie saoudite, ce qui les a désactivés et a permis aux Houthis de lancer des missiles balistiques dans le royaume sans être détectés.

Les États-Unis et l’ONU accusent l’Iran de fournir aux Houthis une technologie de missiles balistiques et des armes, ce que Téhéran nie.

De tels drones restent difficiles à abattre avec des armes légères ou lourdes.

Camille Legaré

Source

La Rédaction de Reponserapide
La Rédaction de Reponserapide

Cet article a été soumis par un(e) de nos rédacteurs dont le nom a été mentionné en bas de l'article. Si vous voulez reprendre cet article ou une partie de son contenu dans votre site, vous devez impérativement mettre un lien vers cet article ou vers www.reponserapide.com.

1 Commentaire

  1. BACAR SAID Daniel 15 mai 2019 at 19 h 23 min

    les USA n’ont pas de leçon a donné surtout pas des criminel comme eux.
    ils ont fourni a daech plus que des armes et voila qui vienne faire des rappelle.

    il ne font que assassiné des gens sans défense oui attaque toujours les plus faible.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut