Côte d’ivoire : Le gouvernement français avait commandité le bombardement des soldats français à Bouaké

Actualité, Côte d’ivoire, France 26 commentaires 17519

cote-ivoire-crise-licorne-attaque

Pour s’en prendre militairement contre le pouvoir de Gbagbo, la France a payé des mercenaires pour bombarder le camp militaire français (à Bouaké) et fait porter le chapeau au président Laurent Gbagbo. 

Après deux ans de crise qui secouait  la Côte d’ivoire, le régime de Laurent Gbagbo avait décidé  de passer à l’offensive en novembre 2004  contre les rebelles d’Alassane Dramane Ouattara qui contrôlaient la moitié nord du pays.  Ces derniers ont été dirigés par le chef rebelle Guillaume Soro et soutenus par les gouvernements burkinabé et français.

L’offensive de l’armée ivoirienne contre la rébellion a été vue par la France comme une occasion de pouvoir s’en prendre militairement au gouvernement de Laurent Gbagbo.  Ainsi  le 6 novembre 2004, des mercenaires biélorusses, sous l’ordre du gouvernement de Chirac, ont bombardé le camp militaire français de Bouaké, causant la mort de neuf soldats français et d’un humanitaire américain.

La suite,  l’armée française attaque et détruit l’ensemble de la flotte militaire ivoirienne.  On trouve  plusieurs civils parmi les victimes des bombardements français.

L’affaire fait encore débat aujourd’hui. Trois anciens ministres de Jacques Chirac (de l’Intérieur, des Affaires étrangères, et de la Défense) qui ont agi délibérément pour soustraire à la justice les mercenaires biélorusses, seront poursuivis en justice et risquent jusqu’à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende.

Source

Zertine
Zertine

Rédactrice du site reponserapide.com, Je vous rapporte des brèves informations.

26 Comments

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut