Le pape dit craindre un « bain de sang » au Venezuela après que Maduro ait dénoncé les « impérialistes » américains et ordonne à ses troupes de défendre le pays « en toutes circonstances »

Actualité Aucun commentaire 127

Partager sur

Le pape François craint un « bain de sang » au Venezuela alors que le chef de l’opposition, Juan Guaido, tente de prendre le contrôle du pays contre Nicolas Maduro.

Le pontife a refusé de prendre parti entre les deux hommes alors même que les États-Unis et leurs alliés se sont alignés pour demander la démission de Maduro, mais a déclaré qu’il avait « peur » des Vénézuéliens.

« Qu’est-ce qui me fait peur? Une effusion de sang », a-t-il confié à des journalistes à bord de son avion privé alors qu’il revenait d’une visite au Panama. «Le problème de la violence me fait peur. »

Il a ajouté: «En ce moment, je soutiens tout le peuple vénézuélien parce que c’est un peuple qui souffre. Je souffre pour ce qui se passe au Venezuela. »

Juan Guaido s’est déclaré Président par intérim du Venezuela et a obtenu le soutien du président Trump et de Jair Bolosnaro, le dirigeant brésilien fort, après que Maduro ait « remporté » un second mandat lors d’élections largement considérées comme illégitimes.

Mais Maduro a refusé de quitter ses fonctions, accusant l’Amérique «impérialiste» d’avoir organisé un coup d’État contre lui et ayant passé le week-end à renforcer le soutien des militaires, ce qui est désormais essentiel pour renforcer son régime.

Le week-end dernier, le président Maduro a observé un barrage d’artillerie sur une base militaire avant de prononcer un discours devant des soldats dans lequel il leur demandait s’ils préparaient un « coup d’Etat » avec les États-Unis.

Ils ont crié: « Non, mon commandant en chef ».

Pendant ce temps, l’adversaire Juan Guaido a exhorté les soldats à déposer les armes et à se ranger de son côté, tandis que leurs partisans distribuaient des tracts promettant une amnistie à toute armée désireuse de changer de camp.

S’adressant à des soldats lors d’une apparition à la télévision publique dimanche, M. Maduro a demandé s’ils complotaient avec les États-Unis «impérialistes», qu’il a accusés de mener ouvertement un coup d’État contre lui.

« Non, mon commandant en chef », ont-ils crié à l’unisson, et M. Maduro a répondu: « Nous sommes prêts à défendre notre patrie, quelles que soient les circonstances. »

Partager sur

Source

Zertine
Zertine

Rédactrice du site reponserapide.com, Je vous rapporte des brèves informations.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut