Des filles d’Afrique de l’Ouest offertes en esclavage sexuel en tant qu’ «épouses de dieux»

Actualité Aucun commentaire 656

Le Trokosi est une pratique ancestrale en Afrique de l’Ouest où des filles vierges, dont certaines ont à peine six ans, sont envoyées en esclaves pour réparer les torts causés par leurs familles.

Il existe des efforts mondiaux pour lutter contre l’esclavage moderne, mais un système traditionnel est encore fort en Afrique de l’Ouest: le Trokosi.

Fin du calvaire d’un « bébé-sorcier » nigérian

Qu’est-ce que Trokosi?

Trokosi est un système traditionnel où des filles vierges, dont certaines ont à peine six ans, sont envoyées dans des sanctuaires de Troxovi (sanctuaires pour les dieux) en tant qu’esclaves pour réparer le tort causé par un membre de la famille de la fille vierge. Jusqu’à ce que le système Trokosi soit porté à l’attention du grand public dans les années 1990, les filles envoyées dans les sanctuaires y restaient à vie. Après les années 90, certains prêtres et anciens voulaient laisser les filles rentrer chez elles après quelques années, pour quelques mois, mais devaient rentrer à chaque fois qu’elles étaient appelées. Quand ils meurent, la famille doit la remplacer par une autre fille vierge. Cela signifie que la famille paiera à jamais la réparation d’une fille.

Le système Trokosi est basé sur la conviction que les dieux ont le pouvoir de rechercher les coupables et de les punir. Les personnes qui estiment qu’une injustice a été commise à leur encontre se rendent dans le sanctuaire et jettent un sort sur le coupable afin qu’elles soient punies par les dieux. Ces malédictions prennent plusieurs formes: maladies étranges, décès inexpliqués, maladies incurables ou décès successifs au sein d’une famille.

Nigeria : Un pasteur enceinte 20 femmes fidèles de son église sous l’ordre du Saint-Esprit

Lorsque les filles vierges sont envoyées dans les sanctuaires, elles deviennent les «épouses des dieux» et sont exploitées sexuellement par les prêtres et les anciens du sanctuaire. Le prêtre du sanctuaire est le chef spirituel du sanctuaire et le «mandataire des dieux», tandis que des membres du clan peuvent être nommés anciens du sanctuaire. Les filles sont obligées de travailler dans des conditions qui conviennent à ces prêtres et à leurs aînés, par exemple dans leurs fermes.

S’il y a des enfants nés hors de la relation avec eux, ils deviennent la responsabilité de la famille des filles vierges.

Les filles Trokosi vivent constamment dans  la privation et la pauvreté, avec la famine.

Quelle est sa prévalence et où est-il pratiqué?

La date à laquelle les systèmes Trokosi ont été mis au point n’est pas sûre, mais c’est une pratique ancienne. Le mot Trokosi vient de la langue éwé, des communautés éwé présentes au Bénin, au Togo et au Ghana. C’est une combinaison de deux mots ews «tro» et «kosi». «Tro» signifie dieu ou divinité et «kosi» signifie esclave. Trokosi signifie donc «esclave de Dieu».

CPI: 60 millions d’euros donnés au juge président de la CPI pour changer le verdict du procès contre Gbagbo

La plupart des habitants du sud de la région de la Volta au Ghana, du sud du Togo et du sud du Bénin croient et pratiquent le système de Trokosi. En 2002, 4 000 femmes et enfants de 52 sanctuaires ont été libérés.

Pourquoi les gouvernements ont-ils eu du mal à y mettre fin?

En 1998, le gouvernement ghanéen a adopté une loi criminalisant la pratique du Trokosi.

Malgré cela, cela a continué parce que les organismes gouvernementaux chargés de faire respecter la loi n’avaient pas eu le courage d’arrêter les membres de la famille, les prêtres ou les propriétaires de sanctuaires. Le système suscite la peur dans le cœur de la plupart des gens, y compris du personnel chargé de l’application de la loi.

Les communautés de Trokosi pratiquant croient fermement au pouvoir des dieux de causer des calamités aux familles. Les prêtres Trokosi veillent à ce que cela leur soit rappelé en émettant des avertissements leur indiquant qu’ils doivent envoyer leurs filles vierges en tant qu’objets de réparation.

Si vous avez la lettre M dans la paume, voici ce que cela signifie

La pratique est également florissante, car il existe un groupe de traditionalistes, principalement des hommes, qui croient fermement que le Trokosi fait partie du patrimoine culturel des Éwé et doit être préservé. Ils s’opposent donc à toute tentative consistant à arrêter la pratique.

Quelles autres approches devraient être essayées?

Au cours des deux dernières décennies, la Commission des droits de l’homme du Ghana et diverses ONG ont adopté différentes approches d’intervention pour mettre fin à cette pratique. Les stratégies qui ont le mieux fonctionné comprennent:

  • Campagnes conjointes associant des ONG et la commission des droits de l’homme du Ghana
  • Encourager les prêtres et les anciens Trokosi à accepter d’autres objets de réparation, au lieu d’être humains. Par exemple, plusieurs sanctuaires ont modernisé la pratique en remplaçant les filles vierges par des vaches comme objets de réparation.
  • Négocier avec les prêtres et les anciens du sanctuaire pour libérer les esclaves et signer des documents légaux pour s’assurer qu’ils ne reviendront pas à la pratique. En échange, ils reçoivent un package qui les aidera à générer des revenus, en remplacement de la perte de capital humain. Par exemple, un certain nombre de vaches qu’ils peuvent élever.
  • Alors que les femmes Trokosi sont toujours asservies, elles peuvent recevoir une formation professionnelle. Elles acquièrent les compétences indispensables qui les aideront à générer des revenus et à soutenir leurs enfants à l’avenir, et cela crée également une certaine distance entre eux et le sanctuaire pendant qu’elles assistent chaque jour à la formation dans les centres. Une fois libres, les femmes ont besoin de micro-financement et de soutien émotionnel et mental.
  • Enfin, comme il s’agit d’une violation flagrante des droits de l’homme contre les femmes et les enfants, la communauté internationale devrait faire pression sur le gouvernement et le peuple ghanéens pour qu’ils appliquent la loi de 1998 réprimant la pratique de Trokosi. Si des pressions sont exercées par des organisations internationales telles que les Nations Unies, l’Union africaine, la CEDEAO, l’Union européenne, etc., la pratique du Trokosi en Afrique de l’Ouest peut rapidement être terminée.

Article original publié par, Wisdom Mensah , instructeur invité, Université de West Florida
Traduction faite par Said Mohamed Moindjie pour le site Reponserapide.

Source

La Rédaction de Reponserapide
La Rédaction de Reponserapide

Cet article a été soumis par un(e) de nos rédacteurs dont le nom a été mentionné en bas de l'article. Si vous voulez reprendre cet article ou une partie de son contenu dans votre site, vous devez impérativement mettre un lien vers cet article ou vers www.reponserapide.com.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut