La décision « discriminatoire » contre Caster Semenya est-elle juste?

Actualité Aucun commentaire 123

Partager sur

Le tribunal arbitral du sport a décidé que l’athlète sud-africaine Caster Semenya, championne olympique, devrait prendre des médicaments pour supprimer les niveaux naturels de testostérone dans son corps si elle souhaite continuer à concourir en tant que femme.

La décision historique d’un tribunal sportif a une nouvelle fois mis en lumière le débat animé sur l’intersectionnalité du genre et du sexe dans le sport.

L’athlète sud-africaine Caster Semenya, célèbre championne olympique à deux reprises, défie depuis des années les limites traditionnelles imposées aux athlètes féminines.

Cependant, dans sa dernière bataille, Semenya a perdu son appel mercredi contre les règles de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF), qui obligent certaines athlètes féminines à réguler leur taux de testostérone.

Les juges du Tribunal arbitral du sport (TAS) ont rejeté l’appel de Semenya contre les mesures imposées par l’IAAF visant les athlètes «hyperandrogéniques» ou ceux présentant des «différences de développement sexuel» (DSD).

Cette décision signifie fondamentalement que les femmes ayant un taux élevé de testostérone devront suivre un traitement suppressif si elles souhaitent concourir en tant que femmes dans certaines épreuves.

La testostérone augmente la masse musculaire, la force et l’hémoglobine, ce qui affecte l’endurance. Certains concurrents ont déclaré que les femmes présentant des niveaux élevés d’hormone avaient un avantage injuste.

L’instance dirigeante de l’athlétisme a souligné que les athlètes DSD présentant des niveaux de testostérone masculins bénéficiaient d’une augmentation de la force musculaire et osseuse similaire à celle des hommes ayant traversé la puberté.

Mais même les juges ont admis que la réglementation de ce que devrait être le corps de la femme est «discriminatoire».

Les juges ont déclaré: «[Les règles sont] discriminatoires… [mais] une telle discrimination est un moyen nécessaire, raisonnable et proportionné pour atteindre les objectifs de l’IAFF consistant à préserver l’intégrité du sport féminin lors des épreuves restreintes.»

Semenya, qui a subi les tests sexuels et les règlements liés au sexe, a promis de ne pas abandonner.

« Je sais que les règlements de l’IAAF m’ont toujours visé de manière spécifique », a-t-elle déclaré dans un communiqué publié mercredi par ses avocats.

« Pendant une décennie, l’IAAF a essayé de me ralentir, mais cela m’a en fait rendu plus forte. La décision de la TAS ne me retiendra pas. Je continuerai à inspirer les jeunes femmes et athlètes en Afrique du Sud et autour du monde. »

Le verdict, qui aura probablement de lourdes conséquences sur l’avenir du sport féminin, a provoqué une réaction critique des quatre coins du monde.

Réactions globales

De nombreux experts scientifiques ont fait valoir qu’atteindre l’excellence dans le sport combinait à la fois formation et engagement, ainsi que génétique, et qu’empêcher des concurrents de participer à la compétition pour un seul facteur génétique n’avait aucune base scientifique.

Katrina Karkazis, experte en testostérone, a déclaré: « J’ai passé huit ans dans la recherche sur cette question, ainsi que sur la testostérone et l’athlétisme, et je ne vois pas de base à cette décision. Bravo à Caster et à tous un combat courageux contre une réglementation discriminatoire. Plus de travail à faire « .

Seema Patel, maître de conférences en droit à la Nottingham Law School, est d’accord avec Karkazis et a critiqué la décision visant à allumer des «procédures médicales contraires à l’éthique».

« Une femme qui a des niveaux naturellement plus élevés de testostérone dans son corps ne devrait pas être empêchée de rivaliser avec les femmes, tout comme une femme qui est naturellement plus grande que la femme moyenne ne devrait pas être interdite », a déclaré Patel dans un communiqué.

Deborah Antoine, PDG de la Women’s Sports Foundation, a déclaré que la décision était «profondément décevante, discriminatoire» et s’est engagée à «continuer à se faire entendre et à exiger un changement de cette politique discriminatoire».

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, dans une intrusion rare dans le monde du sport, a également adopté une résolution en mars dernier, qualifiant les règles de l’IAAF de «inutiles, humiliantes et nuisibles».

Letlhogonolo Mokgoroane, membre de l’ONG sud-africaine Sonke Gender Justice, estime que cette décision « aura des conséquences de grande portée non seulement pour Caster Semenya, mais également pour les personnes transgenres et intersexuées ».

Et il a dit qu’il n’était pas surpris parce que «les règles de l’IAAF ont été utilisées pour cibler les femmes du sud de la planète».

Lorsque Semenya a acclamé le titre mondial en tant qu’adolescente en 2009, elle a été presque immédiatement mêlée à des questions sur la vérification de son sexe.

Dix ans plus tard, le débat se poursuit et la décision de Semenya – et d’autres femmes dans une situation similaire – de ce qu’elle fera ensuite sera regardée par les fans d’athlétisme et bien au-delà.

Camille Legaré

Partager sur

Source

La Rédaction de Reponserapide
La Rédaction de Reponserapide

Cet article a été soumis par un(e) de nos rédacteurs dont le nom a été mentionné en bas de l'article. Si vous voulez reprendre cet article ou une partie de son contenu dans votre site, vous devez impérativement mettre un lien vers cet article ou vers www.reponserapide.com.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut