Le coronavirus n’atteint que lentement l’Afrique. Ce n’est pas une surprise.

Actualité Aucun commentaire 169

Partager sur

Il n’y a que quelques cas de coronavirus signalés en Afrique, mais l’histoire nous montre qu’il faut s’y attendre.

L’épidémie de COVID-19 balaie actuellement la Chine à travers le monde. À ce jour, plus de 95 333 cas dans le monde ont été signalés. Pourtant, 28 d’entre eux seulement se trouvaient sur le continent africain.

Les experts médicaux seraient confus – se demandant s’il y a une sous-déclaration en cours en Afrique.

Mais pour comprendre, il suffit de jeter un bref coup d’œil à l’histoire de la propagation d’autres épidémies et pandémies, et un peu d’économie.

Le nouveau coronavirus – nommé COVID-19 par l’OMS – est originaire de Wuhan en Chine, une ville de 11 millions d’habitants – environ 8 500 kilomètres carrés. À ce jour, la grande majorité des cas confirmés (84%) et des décès (91%) dus à la maladie respiratoire hautement contagieuse se sont produits en Chine.

Cependant, au cours des deux dernières semaines, nous avons vu des épidémies s’établir dans de nombreuses communautés à travers le monde et se multiplier rapidement.

Dans le même temps, nous avons vu des titres tels que «les pays africains sont gravement menacés» et «Bill Gates avertit que le coronavirus pourrait frapper l’Afrique pire que la Chine». Des preuves de ce potentiel ont été présentées dans une étude Lancet largement diffusée , qui a évalué la vulnérabilité des pays africains au virus.

Cela dit, l’Afrique n’a pas encore été durement touchée. L’Egypte a signalé le premier cas africain confirmé de COVID-19 le 14 février, devenant ainsi le 25e pays au monde à le faire, 45 jours après que la Chine a alerté l’OMS le 31 décembre.

Dans l’ensemble, en dehors de la Chine, un total de 14 768 cas de COVID-19 ont été signalés à l’OMS dans 85 pays, avec 267 décès.

Parmi ceux-ci, huit pays africains (par ordre de confirmation – Égypte, Algérie, Nigéria, Maroc, Sénégal, Tunisie, Afrique du Sud et Too) ont signalé un total de 28 cas de COVID-19 . Compte tenu de la vulnérabilité que l’étude Lancet a mise en évidence, ce chiffre semble sûrement disproportionné?

En effet, à côté des préoccupations pour le continent africain, nous avons également vu des titres tels que «Les experts en santé des puzzles à faible taux de coronavirus en Afrique» , avec des extraits tels que «c’est un nombre remarquablement petit pour un continent avec près de 1,3 milliard d’habitants, et à peine un laissez tomber dans l’océan.  »

Y a-t-il une sous-déclaration en cours? Les systèmes de santé africains sont-ils incapables de détecter les cas? Ou peut-être, comme partagés sur les réseaux sociaux , les Africains ont une sorte de constitution génétique qui résiste au virus?

Non. Il ne s’agit pas de systèmes de santé, ni de différenciation raciale. Il s’agit de la relation de l’Afrique avec le reste du monde.

Malgré les nombres énormes en Chine et les nombres croissants dans le monde, il n’est pas surprenant que le premier cas ait été détecté si tard, et il y a encore si peu de cas. Un regard sur l’histoire et l’économie nous aide à comprendre pourquoi.

Dans le passé, d’autres épidémies ou pandémies majeures ayant leur origine en dehors de l’Afrique ont également connu des retards importants pour atteindre le continent et ont atteint un nombre beaucoup plus faible par rapport à d’autres régions.

Par exemple, en 2002-2003, le SRAS est entré en Afrique 5 mois après sa première propagation en Chine, l’Afrique du Sud devenant le 17e pays au monde à signaler. Aucun autre pays du continent n’a signalé de cas par la suite.
En 2009, le H1N1 a atteint 60 pays en dehors de l’Afrique avant que l’Égypte ne signale son premier cas deux mois après sa découverte initiale au Mexique. Le H1N1 s’est finalement propagé à 41 pays africains, avec plus de 8 000 cas et 160 décès sur le continent. Dans l’ensemble, les décès en Afrique représentaient 1% du nombre total de décès signalés dans le monde.

Nous voyons exactement les mêmes modèles avec COVID19, simplement répétés dans une nouvelle décennie.

Pourquoi? L’Afrique est tout simplement moins connectée au reste du monde , y compris la Chine, en particulier dans les flux de personne à personne. Alors que l’étude du Lancet a utilement exploré quels pays d’Afrique ont des liens plus forts avec la Chine en termes de flux touristiques en particulier, ce que les auteurs n’ont pas fait a été mis en contexte.

L’Afrique reçoit environ 5% des flux touristiques mondiaux et 4% encore moins de touristes chinois.

  • Il y a également des flux de travailleurs vers l’Afrique en provenance de toutes les autres régions du monde, y compris la Chine, mais ils sont également assez insignifiants.
  • Sur le total des travailleurs chinois qui sont allés à l’étranger pour réaliser des projets en 2017, seulement 16% sont allés en Afrique, et 23% d’entre eux sont allés dans un pays – l’Algérie.

Dans ce contexte, la raison pour laquelle l’Afrique n’est pas encore fortement affectée par COVID19 n’est pas que le continent soit en quelque sorte plus résilient, ni que le dépistage des vols et des autres outils de détection et de gestion nécessaires soit médiocre.

À l’heure actuelle, les pays africains sont, comme ils l’ont été avec d’autres épidémies au cours des dernières décennies, effectivement des «spectateurs» en ce qui concerne COVID19 parce que ses relations avec la Chine et le reste du monde sont loin derrière les autres.

Le fait que les sept pays africains qui ont été touchés jusqu’à présent ont des secteurs touristiques relativement plus développés et / ou plus de résidents internationaux est une preuve supplémentaire de cela.

Quatre seulement figuraient sur la liste des 11 pays africains «vulnérables» identifiés par l’étude susmentionnée du Lancet, et seulement deux sur une liste similaire de l’OMS des pays africains «vulnérables» qui ont été priorisés pour le dépistage et d’autres formes de préparation (bien que ce faible nombre soit en partie du fait que l’OMS classe certains des pays d’Afrique du Nord en dehors de la région «Afrique»).

Et maintenant? Les 48 autres pays africains non encore touchés peuvent-ils se détendre? Ceux qui ont le moins de liens internationaux sur le continent peuvent-ils réduire leurs efforts de préparation?

La réponse à cela est qu’ils ne doivent absolument pas se détendre. L’histoire suggère que maintenant, une fois sur le continent, le virus peut se propager à travers les frontières. Hier encore, l’Algérie a signalé quatre nouveaux cas confirmés de virus, les premiers cas non «importés» d’ailleurs.

Le moment est venu pour tous les pays africains de se préparer sérieusement.

L’OMS, l’UA et d’autres doivent étendre leur soutien à travers le continent, repenser leur modélisation d’origine au-delà des 13 pays «prioritaires» initiaux et veiller à ce qu’il y ait des messages très clairs et cohérents sur la façon de mesurer et de contenir le virus – à la fois pour les gouvernements et le public.

Le 22 février, l’Union africaine a convoqué une réunion ministérielle sur l’épidémie de coronavirus , afin de discuter des moyens de renforcer la préparation et la riposte à l’épidémie par les États membres et a créé le Groupe de travail africain sur les nouveaux coronavirus (AFCOR) pour coordonner la préparation et la riposte à travers le continent. . Cela semble prometteur, mais la manière dont cela est mis en œuvre concrètement – et rapidement – est le défi.

Pouvons-nous l’empêcher de se propager maintenant?

C’est possible, et l’histoire et l’économie nous disent également que les réponses de l’Afrique au VIH / SIDA ainsi qu’à Ebola, qui est originaire du continent, ont placé de nombreux pays africains dans une position beaucoup plus forte pour éviter une propagation maintenant COVID19 est ici.

Cependant, les gouvernements africains, l’ONU, d’autres organismes internationaux et le public doivent avoir les bonnes informations et connaissances pour prendre les bonnes mesures.

Jusqu’à présent, cela manquait.

Zertine Dabo

Partager sur

Source

La Rédaction de Reponserapide
La Rédaction de Reponserapide

Cet article a été soumis par un(e) de nos rédacteurs dont le nom a été mentionné en bas de l'article. Si vous voulez reprendre cet article ou une partie de son contenu dans votre site, vous devez impérativement mettre un lien vers cet article ou vers www.reponserapide.com.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut