Coronavirus: mettre fin à l’approche coloniale de l’Europe en matière de médecine en Afrique

Actualité Aucun commentaire 263

Partager sur

Les tests médicaux occidentaux en Afrique ont un dossier long et sans distinction. C’est un chapitre de l’histoire coloniale qui aurait pu rester fermé s’il n’avait pas été rouvert la semaine dernière par Jean-Paul Mira, responsable des soins intensifs à l’hôpital Cochin à Paris.

La semaine dernière, Mira a avancé l’idée que des tests de vaccination contre les coronavirus, basés sur l’inoculation du BCG pour la tuberculose, devraient être effectués en Afrique «où il n’y a pas de masques, pas de traitements, pas de réanimation».

Sa logique était que les niveaux relativement élevés de protection dont bénéficient les populations européennes en détention signifient qu’il serait plus difficile de mesurer l’efficacité d’une telle vaccination.

Son idée, diffusée à la télévision française LCI, semble avalisée par Camille Locht, responsable de recherche à l’ Inserm , Institut national français de la santé et de la recherche médicale. Mira, qui s’est depuis excusée pour les commentaires, a ajouté pour faire bonne mesure: «Nous essayons des choses sur les prostituées parce que nous savons qu’elles sont très exposées et qu’elles ne se protègent pas.»

Ces commentaires, qui ont été condamnés par l’Organisation mondiale de la santé, remontent à l’époque coloniale, lorsque les Européens considéraient l’Afrique comme à la fois le continent mondial de la maladie et un laboratoire pour trouver des solutions.

La maladie du sommeil, transmise par les glossines, a été une expérience formatrice. Une épidémie majeure s’est produite au Kenya et en Ouganda en 1900. Des centaines de milliers de personnes sont mortes, la maladie s’étendant au Soudan, à la République démocratique du Congo et à la Tanzanie.

Selon l’historien américain Daniel R. Headrick, la maladie du sommeil était probablement liée à la peste bovine, apportée en Afrique par l’invasion italienne de l’Érythrée en 1889. Le bétail africain n’avait aucune résistance, et la peste bovine a provoqué une famine généralisée parmi les éleveurs d’Afrique de l’Est.

Le problème devait clairement être testé pour le résoudre.

Comme l’ écrit l’universitaire Helen Tilley , certains des traitements médicamenteux développés par les scientifiques français et allemands étaient à base d’arsenic et presque mortels à des doses efficaces. Des experts médicaux ont également effectué des ponctions lombaires (insertion d’aiguilles dans la région vertébrale) pour détecter les parasites mortels, qui, dans 10% à 20% des cas, ont entraîné la cécité, des lésions cérébrales ou la mort.

VIH

Les soupçons sur le rôle de la science occidentale en Afrique s’étendent au virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Des scientifiques tels que Preston A. Marx ont suggéré la croissance rapide des injections non stériles en Afrique à partir des années 1950 comme un «événement biologiquement plausible» qui pourrait avoir aidé les virus de l’immunité simienne (SIV) à muter en VIH.

Les injections ont été utilisées pour tenter d’éradiquer des maladies telles que le pian, la syphilis, le paludisme, la variole et la polio en Afrique centrale et occidentale dans les années 1950.

Les seringues étaient souvent réutilisées, avec l’approbation officielle.

L’argument de Marx est suggestif sur le plan circonstanciel.

Une théorie de l’origine du VIH, a-t-il soutenu, doit expliquer comment des souches distinctes de SIV en Afrique centrale et occidentale, auxquelles les humains ont été exposés pendant des milliers d’années par les piqûres, les égratignures et les singes mangeurs, pourraient évoluer si rapidement en VIH.

Le cas n’est pas prouvé et nous ne comprenons pas clairement l’origine et la propagation du VIH.

D’autres ont souligné le rôle de l’urbanisation rapide de l’Afrique. Ce qui est certain, c’est que personne n’a demandé que les vaccinations contre le virus Ebola soient testées en Europe lors des flambées les plus récentes.

Dans le cas du coronavirus, la pandémie ne vient pas d’Afrique, mais a été introduite de l’extérieur. Si des vaccinations doivent être développées, l’Occident devra les tester à domicile.

Quelque chose de bien sera sorti du coronavirus si les Occidentaux finissent par comprendre que l’Afrique n’est ni un laboratoire ni le continent de la maladie.

Partager sur

Source

La Rédaction de Reponserapide
La Rédaction de Reponserapide

Cet article a été soumis par un(e) de nos rédacteurs dont le nom a été mentionné en bas de l'article. Si vous voulez reprendre cet article ou une partie de son contenu dans votre site, vous devez impérativement mettre un lien vers cet article ou vers www.reponserapide.com.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut