Léopold II, le roi belge qui a tué 10 millions de congolais et mutilé plusieurs autres millions…

République démocratique du Congo Aucun commentaire 238

Partager sur

Léopold II était le roi des Belges de 1865 à 1909 et, dans un tout à fait séparé rôle, le souverain de l’ État libre du Congo de 1885 à 1908. Pendant son règne absolu sur le Congo, environ 2 à 10 millions d’Africains sont morts et les conditions y ont conduit à une utilisation précoce du terme  » crime contre l’humanité . »

L’État libre devait avant tout être rentable pour ses investisseurs et Léopold en particulier. Ses finances étaient souvent précaires. La dépendance précoce à l’égard des exportations d’ivoire ne rapportait pas autant d’argent qu’on l’espérait et l’administration coloniale était souvent endettée, en faillite à plusieurs reprises. Un boom de la demande de caoutchouc naturel dans les années 1890 a cependant mis fin à ces problèmes car l’État colonial a été en mesure de forcer les hommes congolais à travailler pour collecter du caoutchouc sauvage qui pourrait ensuite être exporté vers l’Europe et l’Amérique du Nord. Le boom du caoutchouc a transformé ce qui avait été un système colonial sans exception avant 1890 et a conduit à des bénéfices importants.

La majorité des revenus de l’État libre provenant de l’exportation du caoutchouc, une politique du travail – connue par les critiques sous le nom de «système du caoutchouc rouge» – a été créée pour maximiser son extraction. Le travail était exigé par l’administration comme impôt. Cela a créé une « société esclavagiste », les entreprises devenant de plus en plus dépendantes de la mobilisation forcée de main-d’œuvre congolaise pour leur collecte de caoutchouc. L’État a recruté un certain nombre de fonctionnaires, appelés capitas , pour organiser le travail local. Cependant, le désir de maximiser la collecte du caoutchouc, et donc les bénéfices de l’État, signifiait que les exigences centralisées étaient souvent fixées arbitrairement sans tenir compte du nombre ou du bien-être des travailleurs. Le roi a donc exigé que chaque travailleur congolais ait un cotas minimum à respecter.

Les travailleurs qui refusaient de fournir leur travail ont été contraints de « contrainte et répression ». Des dissidents ont été battus ou fouettés avec la chicotte , des otages ont été pris pour assurer une collecte rapide et des expéditions punitives ont été envoyées pour détruire les villages qui avaient refusé.

Le non-respect des quotas de collecte du caoutchouc était passible de la peine de mort. Pendant ce temps, la Force publique était tenue de fournir la main de leurs victimes comme preuve lorsqu’elles avaient tiré et tué quelqu’un, car on pensait qu’elles utiliseraient autrement les munitions (importées d’Europe à un coût considérable) pour la chasse ou pour les stocker pour une mutinerie. En conséquence, les quotas de caoutchouc ont été en partie payés en mains coupées. Tantôt les mains étaient ramassées par les soldats de la Force Publique, tantôt par les villages eux-mêmes.

«Les paniers de mains coupées, posés aux pieds des commandants européens, sont devenus le symbole de l’État libre du Congo», décrit l’auteur américain Peter Forbath dans «Le fleuve Congo», un classique de l’exploration de la région. «La collecte des mains est devenue une fin en soi. Des soldats de la Force publique (l ‘«armée» locale, rémunérée par Léopold II) ont apporté les mains aux postes, au lieu de caoutchouc ».

Pour compenser la faible production, les troupes ont commencé à utiliser les mains comme monnaie – les couper était un moyen de punir les travailleurs qui n’atteignaient pas leurs quotas et, en même temps, servait à montrer que les soldats faisaient leur part en exerçant des pressions sur la population locale pour garantir le respect de ces quotas.

Théoriquement, les mains devraient servir à prouver que ceux qui ne se sont pas conformés à leur travail ont été tués. Et, en effet, avec cette pratique, des villages entiers ont été rasés, des femmes et des enfants ont été violés et mutilés. On compte le nombre des victimes à au moins 2 millions à 10 millions des congolais.

Zertine Dabo

Partager sur

Source

La Rédaction de Reponserapide
La Rédaction de Reponserapide

Cet article a été soumis par un(e) de nos rédacteurs dont le nom a été mentionné en bas de l'article. Si vous voulez reprendre cet article ou une partie de son contenu dans votre site, vous devez impérativement mettre un lien vers cet article ou vers www.reponserapide.com.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut