«Vous ne trouverez jamais des blancs qui portent nos cheveux», dit Marah Louw

Actualité 1 commentaire 7559

Marah Louw, chanteuse et actrice sud-africaine, était cette semaine invitée à l’émission DJ Sbu Breakfast où elle a partagé ses réflexions sur le «phénomène de blanchiment» et «la haine de soi noire». Elle pense que le tissage et le blanchiment vont à l’encontre des gens qui « insultent » ce que Dieu a créé.

Elle a ensuite ajouté: «Vous ne trouverez jamais des blancs qui portent nos cheveux de la même manière que nous portons les cheveux des autres. Vous ne trouverez jamais de Blancs vêtus de perruques afro, afro noires, etc., à moins que ce ne soit une fête [à thème] ou le cirque », a-t-elle ajouté.

Les Africains s’approprient-ils les standards blancs de la beauté?

L’appropriation culturelle est l’adoption ou l’utilisation des éléments d’une culture par les membres d’une autre culture. Les éléments sont copiés d’une culture minoritaire par les membres d’une culture dominante et sont utilisés en dehors de leur contexte culturel d’origine.

Un échange mutuel ne se produit que sur un «terrain de jeu égal», alors que l’appropriation implique que des éléments d’une culture opprimée soient retirés de leur contexte par un peuple qui a historiquement opprimé ceux qu’il prend, et qui manque du contexte culturel pour bien comprendre, respecter , ou utiliser ces éléments.

Par conséquent, alors que la structure sociale et la dynamique de pouvoir situent les Noirs loin des Blancs, tout échange culturel se déroulant sur cette échelle figurative se situe dans un contexte de supériorité et d’infériorité. En d’autres termes, la culture blanche est imposée aux Noirs et n’est pas adoptée par eux.

Le standard de beauté noir

Malgré les liens encore forts du colonialisme et du néo-colonialisme, des changements sont en cours. Des pays comme le Ghana ont interdit les produits de blanchiment de la peau, rendant la pratique plus difficile à exécuter. Des stars révolutionnaires telles que Lupita Nyong’o changent le paysage de l’industrie de la beauté, une fête rendue possible grâce aux modèles internationaux tels que le wapiti d’Alek Wek, Khoudia Diop et Philomena Kwao.

En matière de cheveux, le mouvement naturel des cheveux qui a pris le pas sur les médias traditionnels et sociaux libère toutes les femmes noires du monde en normalisant le standard de la beauté noire. Les femmes enlacent leurs cheveux comme quelque chose d’unique et de beau.

L’avenir d’un standard de beauté noir est celui qui mettra l’accent sur les couleurs de peau et les types de cheveux qui incluent toutes les femmes noires, en particulier celles dont la peau est plus foncée et qui ont été marginalisées jusqu’à présent.

Marietou Ndiaye

Source

La Rédaction de Reponserapide
La Rédaction de Reponserapide

Cet article a été soumis par un(e) de nos rédacteurs dont le nom a été mentionné en bas de l'article. Si vous voulez reprendre cet article ou une partie de son contenu dans votre site, vous devez impérativement mettre un lien vers cet article ou vers www.reponserapide.com.

1 Commentaire

  1. MICHEL 10 mai 2019 at 17 h 01 min

    Merci Madame. J’espère que les femmes Noires comprendront votre message.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut