Ces pays africains qui ont décidé de cultiver et exporter du cannabis

Comores Aucun commentaire 75

Les gouvernements africains étudient les moyens d’exploiter le marché lucratif de la marijuana. Selon une étude des Nations Unies, plus de 10 000 tonnes de cannabis sont produites chaque année sur le continent, ce qui pourrait représenter des milliards de dollars sur un marché mondial en expansion rapide pour le cannabis licite.

Bien que les gouvernements africains n’aient pas encore suivi la tendance à la légalisation de la marijuana observée en Europe et aux Amériques, la production légitime de marijuana à des fins médicales et industrielles est en train de décoller. Par exemple, le Lesotho est le premier pays du continent à offrir des licences légales pour cultiver de la marijuana, marquant ainsi le passage à une politique plus libérale.

Le marché de la marijuana légale devrait représenter environ 146 milliards de dollars américains par an d’ici 2025, la marijuana à des fins médicales devant en représenter plus des deux tiers, selon les consultants de Grand View Research.

De l’Ouganda au Zimbabwe, il y a un intérêt croissant à tirer profit de cette culture précieuse.

Ouganda

Il est toujours illégal d’utiliser de la marijuana à des fins récréatives en Ouganda, mais le gouvernement est le dernier pays africain à revendiquer une participation dans cette activité lucrative et à générer des revenus. Elle a signé des contrats d’exportation de produits de marijuana à des fins médicales au Canada et en Allemagne, à hauteur de 160 millions de dollars américains en juin de cette année.

Benjamin Cadet, directeur chez Industrial Hemp Uganda Ltd, en partenariat avec une société israélienne appelée «Together Pharma Ltd», a confirmé avoir reçu des commandes d’environ 20 000 sociétés pharmaceutiques en Allemagne et au Canada, a rapporté le Daily Monitor .

«Nous avons signé des contrats d’approvisionnement annuels avec des pharmacies au Canada à hauteur de 100 millions de dollars américains (371,8 milliards de shillings) et de 58 millions d’euros (242,3 milliards de shillings) pour l’Allemagne. Les contrats actuels ont une durée de 10 ans, mais nous allons continuer à nous développer pour répondre à la demande future », a déclaré Cadet dans un communiqué annonçant le développement.

Dans plusieurs régions du monde, la marijuana est utilisée en médecine pour soulager les personnes souffrant de plusieurs maladies.

«Les gens utilisent la morphine, le principal composant de l’opium, comme analgésique pour le traitement de la douleur cancéreuse. L’opium est un opioïde, il crée une dépendance et des effets secondaires plus graves. Le cannabinol (CBD) issu de la marijuana à des fins médicales est la meilleure option pour ces patients.

«Les patients atteints de cancer utilisent illégalement le CBD. Nous avons les scientifiques et la technologie pour le faire, mais aucune réglementation n’est en place pour permettre la fabrication de drogues à base de cannabis destinées à la consommation domestique », a ajouté M. Cadet.

Un communiqué publié par le ministère ougandais de la santé a également confirmé avoir reçu des demandes de licences émanant de sociétés pour la culture de cette plante.

«Le ministère a reçu des demandes de 14 entreprises intéressées par la culture, l’extraction et l’exportation d’huile de cannabis à des fins médicales, conformément aux dispositions de la loi de 2015 sur les stupéfiants et les substances psychotropes (Contrôle)», indique le communiqué.

Zimbabwe

Le Zimbabwe est devenu l’un des premiers pays africains à légaliser la production de marijuana à des fins scientifiques et médicinales. Les citoyens peuvent maintenant demander un permis pour cultiver de la marijuana. Ce permis renouvelable permet aux entreprises et aux particuliers de produire de la marijuana pendant cinq ans.

Maroc

Selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), ce pays d’Afrique du Nord est non seulement mieux connu pour le haschisch, mais également après l’Afghanistan en tant que producteur de cette substance.

Selon la société de médias Bloomberg, le commerce emploie au moins 800 000 personnes et représente un chiffre d’affaires annuel de 10 milliards de dollars. Malgré ces chiffres, le pays n’a pas légalisé la marijuana après qu’un projet de loi ait été proposé pour légaliser la production de marijuana à des fins médicales et industrielles.

Le hachage, la consommation et les ventes de drogue restent illégaux, mais officieusement, ces activités ont fait de la région de l’Afrique du Nord l’un des plus gros exportateurs de haschisch.

Malawi

Le Malawi est bien connu pour la prévalence et la qualité de la production de marijuana dans ses frontières, en particulier pour la variété très recherchée «Malawi Gold».

Selon CNN, en 2018, le gouvernement malawien cultivait le chanvre à titre d’essai, en prévision de la légalisation potentielle de la variété de cannabis non psychoactive à usage industriel, par exemple sous forme de tissu et dans des produits alimentaires. Cela représente un développement majeur après une longue bataille contre les groupes de contrôle des drogues et les chefs religieux qui se sont farouchement opposés à tout assouplissement de la politique.

Les défenseurs et critiques de la légalisation du chanvre ont suggéré que la marijuana pourrait être la prochaine.

Lesotho

Le Lesotho est un pays montagneux dont le climat est exceptionnellement bien adapté à la culture de cannabis de haute qualité pour les marchés des médicaments. En 2017, le Lesotho est devenu le premier pays africain à légaliser la culture de la marijuana à des fins médicales, créant ainsi un nouveau secteur dans un pays où l’économie peine à créer des opportunités d’emploi, selon la BBC.

Toutefois, les petits agriculteurs risquent de ne pas être en mesure de faire leurs achats, car ils ne peuvent pas se permettre les coûts d’infrastructure et de licence nécessaires au commerce licite.

Le rapport sur le cannabis en Afrique montre que le marché légal du cannabis en Afrique pourrait dépasser les 7,1 milliards de dollars US d’ici 2023 si les marchés clés légalisaient le cannabis à des fins médicales et récréatives. Le Lesotho, en tant que pionnier régional, est appelé à jouer un rôle crucial dans le service et la fourniture du marché africain.

«Nous voulons être reconnus internationalement comme le meilleur cultivateur de cannabis de qualité médicale dans le monde», a déclaré un porte-parole à ProhibitionPartners.com. «Nous sommes fiers de devenir le premier pays africain à produire du cannabis légalement, et nous ne pouvons que constater que cela améliore la vie et la santé de la population de notre grand pays.»

Comores

Les Comores avait attribué la première licence de production de marijuana à des fins scientifiques et médicinales. Mais l’affaire avait fait autant du bruit au près de la population comorienne qui en a en profité pour qualifier le gouvernement de tout les adjectifs sataniques. Le gouvernement a fini par retirer la licence, mais rien n’est dit que l’histoire ne se répétera plus.

Marietou Ndiaye

Source

La Rédaction de Reponserapide
La Rédaction de Reponserapide

Cet article a été soumis par un(e) de nos rédacteurs dont le nom a été mentionné en bas de l'article. Si vous voulez reprendre cet article ou une partie de son contenu dans votre site, vous devez impérativement mettre un lien vers cet article ou vers www.reponserapide.com.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut