Ce que vous devez savoir sur le blocus du Venezuela par les États-Unis

Actualité 1 commentaire 255

Les sanctions illégales imposées par les États-Unis au Venezuela ont causé des milliards de dollars de pertes à l’économie du Venezuela et ont fait plus de 40 000 victimes depuis 2017.

Aujourd’hui, le Venezuela fait face à de graves assauts contre sa souveraineté, sa démocratie et son intégrité, alors que les États-Unis et leurs alliés intensifient leurs campagnes d’agression contre le pays. Au cours des derniers mois, cette agression a pris une forme plus visible lorsque le membre de l’Assemblée nationale soutenu par les États-Unis, Juan Guaidó, s’est déclaré «président par intérim» du pays et a déclaré le président démocratiquement élu, Nicolás Maduro, un «usurpateur».

Depuis sa déclaration, des tactiques plus directes visant à imposer un changement de régime ont été mises en œuvre, telles que des tentatives d’incitation à un coup d’État militaire et des offres de sabotage de l’infrastructure du système électrique national. Pendant ce temps, les services de renseignements vénézuéliens ont démantelé des cellules terroristes qui préparaient des assassinats de dirigeants politiques et sociaux

En plus de toutes ces tentatives directes, les États-Unis mènent une sale guerre contre le Venezuela par le biais de sanctions économiques depuis 2014. Cela continue de coûter des milliards de dollars au Venezuela et a eu un impact désastreux sur son peuple, que les États-Unis prétendent vouloir sauver.

Au cours des dernières années, plus de 150 sanctions et mesures punitives distinctes ont été appliquées au Venezuela. Les États-Unis, par le biais de décrets et de lois, ont sanctionné de hauts responsables gouvernementaux, fait pression sur les institutions internationales pour qu’elles cessent tout commerce et toutes les transactions avec les institutions vénézuéliennes, et ont visé la fondation de l’économie vénézuélienne, sa production de pétrole.

Le Centre latino-américain de géopolitique stratégique (CELAG) a expliqué dans un rapport que le blocus en tant que stratégie «visait à limiter la capacité du revenu national (s’il s’agissait d’un embargo sur la principale source de ressources du pays), à fermer les sources externes de revenus et boycotter la capacité du pays à accéder aux marchés internationaux de biens et services ».

En décembre 2014, le Congrès des États-Unis a adopté la «Loi de 2014 sur la défense des droits de l’homme et de la société civile au Venezuela». La loi a appelé le président américain à «imposer un blocage des avoirs américains et des sanctions d’exclusion» à tout individu, ancien ou ancien employé du gouvernement vénézuélien, qui s’est engagé dans un comportement considéré par le gouvernement américain comme une violation des droits de l’homme.

Quelques mois plus tard, le 8 mars 2015, l’ancien président des États-Unis, Barack Obama, a publié un décret 13692 qui considérait le Venezuela comme «une menace extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis» et une «situation d’urgence nationale pour faire face à cette menace». . Cet ordre donnait au président des pouvoirs spéciaux lui permettant d’imposer des sanctions ou de geler ses avoirs et exhortant les responsables de transactions financières avec le gouvernement vénézuélien à y mettre fin. L’administration Obama a renouvelé cette commande en 2016 et, au cours de la même année, son impact sur l’économie vénézuélienne a commencé à se faire sentir.

En avril 2016, les institutions financières ont cessé d’accepter des paiements en dollars d’institutions vénézuéliennes. En mai 2016, la Commerzbank of Germany a clôturé les comptes de plusieurs institutions et banques publiques vénézuéliennes, ainsi que de la société pétrolière publique Petroleos de Venezuela SA (PDVSA).

Plusieurs autres banques et sociétés financières internationales telles que Citibank, Banco Novo Portugal, BDC Shandong, Deutsche Bank, Credit Suisse et d’autres ont emboîté le pas et ont pris diverses mesures punitives à l’encontre des comptes vénézuéliens. Il s’agissait notamment d’interdire les transactions avec des comptes vénézuéliens, de clôturer des comptes, d’imposer des amendes arbitraires aux transactions effectuées par les institutions vénézuéliennes, de refuser ou de bloquer les paiements des institutions vénézuéliennes et de conserver des fonds sans permettre leur mobilisation.

Avec l’arrivée de Donald Trump à la présidence américaine, les sanctions et les mesures punitives se sont intensifiées. En août 2017, le gouvernement américain a rendu une ordonnance interdisant au gouvernement vénézuélien d’emprunter sur les marchés financiers américains. Cette mesure a eu plusieurs effets secondaires, empêchant le gouvernement de restructurer sa dette extérieure et entraînant une chute de la production de pétrole plus de trois fois supérieure à celle des vingt mois précédents. La baisse du taux de production pétrolière s’est traduite par une perte de 6 milliards de dollars de recettes pétrolières au cours de la prochaine année.

Après les élections présidentielles de mai 2018, où 67% des voix ont permis de réélire Nicolás Maduro, Trump a promulgué le décret exécutif 13835. Le décret interdisait l’achat de toute dette due au gouvernement du Venezuela et «la vente, le transfert, la cession ou le gouvernement du Venezuela a donné en gage toute participation dans une entité dans laquelle le gouvernement du Venezuela détient une participation de 50% ou plus ».

Suite à la déclaration de Guaidó en tant que « président par intérim » le 23 janvier, les États-Unis ont annoncé le 29 janvier qu’ils bloqueraient 7 milliards de dollars d’actifs de la compagnie pétrolière d’État vénézuélienne, Petroleos De Venezuela SA (PDVSA), ainsi que 11 milliards de dollars de revenu d’exportation. Ils ont également annoncé le gel des avoirs de Citgo, filiale américaine de PDVSA.

En avril 2019, l’administration Trump a annoncé qu’elle imposerait de nouvelles sanctions à la Banque centrale du Venezuela, en lui interdisant l’accès à la monnaie américaine et en limitant davantage sa capacité à effectuer des transactions financières internationales.

Ces sanctions sont plus que des décrets et des lois. Ils ont un impact réel. Pour avoir une idée de certaines des pertes financières:

4,5 milliards de dollars ont été conservés grâce à la fermeture de comptes bancaires institutionnels vénézuéliens dans des banques internationales telles que la Banque d’Angleterre, Citibank, Clearstream, North Capital, Novo Banco et Sumitomo (chiffre cité par le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, dans son allocution Nations)
Des dividendes gelés ont fait perdre 11 milliards de dollars à au gouvernement vénézuélien en raison de l’appropriation illégale des actifs de la compagnie pétrolière vénézuélienne CITGO par les États-Unis.
7 milliards de dollars ont été perdus en raison de l’appropriation illégale des avoirs de CITGO
37 millions de dollars ont été perdus en raison de retards opérationnels et de la hausse des tarifs et des surtaxes imposées dans les ports internationaux et les compagnies de transport maritime à destination du Venezuela.
José Guzmán Tato, un militant vénézuélien du Front culturel de gauche, a parlé à Peoples Dispatch de l’impact de ces sanctions sur le citoyen commun: «Parfois, il semblerait que ces sanctions existent dans une autre sphère géopolitique et qu’elles n’auraient Un tel impact direct, car il s’agissait au départ de sanctions visant les avoirs des fonctionnaires vénézuéliens à l’étranger. Mais nous avons assisté à un processus progressif de perte de fonds liquides. Il est devenu très difficile de trouver de l’argent en espèces pour pouvoir effectuer facilement des échanges commerciaux. ”

Il a déclaré que l’hyperinflation était un autre impact palpable des sanctions au jour le jour: «L’inflation est d’environ 4 à 5% par jour. Ainsi, lorsque nous essayons de faire des courses pour la semaine, il faut par exemple calculer que dans deux semaines, il y aura une augmentation des prix d’environ 30 à 50%. C’est très instable.

Guzmán a expliqué que cette inflation résultait de la spéculation générée autour de la hausse du prix du dollar par rapport au bolívar ou du relèvement du salaire minimum, «c’est une situation très éprouvante au jour le jour. Il est devenu très difficile d’avoir accès à des biens destinés à des besoins primaires et secondaires, tels que des produits alimentaires, des produits de nettoyage, des produits d’hygiène et des produits d’entretien général. ”

Un rapport publié par le Centre de recherches économiques et politiques (CEPR) a souligné que les pertes subies par l’économie vénézuélienne ainsi que le blocus et le boycott contre les relations commerciales avec le Venezuela avaient touché avant tout la population. Le Venezuela n’a pas été en mesure d’importer suffisamment de nourriture et de médicaments car il ne dispose pas de liquidités suffisantes. À plusieurs reprises, ses paiements pour l’achat de ces articles essentiels ont été bloqués.

L’Enquête nationale sur les conditions de vie, une enquête annuelle sur les conditions de vie menée par trois universités vénézuéliennes, a révélé qu’entre 2017 et 2018, année de l’intensification de la sanction, la mortalité générale avait augmenté de 31%, ce qui impliquerait plus de 40 000 morts.

Le rapport affirme que «plus de 300 000 personnes étaient exposées à un risque en raison d’un manque d’accès aux médicaments et aux traitements. Cela comprend environ 80 000 personnes vivant avec le VIH qui n’ont pas reçu de traitement antirétroviral depuis 2017, 16 000 personnes qui ont besoin de dialyse, 16 000 personnes atteintes de cancer et 4 millions de personnes atteintes de diabète et d’hypertension (dont beaucoup ne peuvent pas obtenir d’insuline ou de médicaments cardiovasculaires. »

Guzmán a toutefois fait remarquer que des organisations internationales de santé, telles que la Croix-Rouge, recevaient des fournitures, mais elles ne sont pas distribuées en raison de la tension politique et de leur position contre la politique du gouvernement.

Les rapports sur les sanctions montrent également que les importations de produits alimentaires ont considérablement diminué. Alors qu’en 2013, les importations de produits alimentaires étaient estimées à 11,2 milliards de dollars, en 2018, ce nombre est tombé à 2,46 milliards de dollars. Les sanctions ont clairement réduit l’apport calorique de la population.

Guzmán fait remarquer que «la réalité quotidienne vénézuélienne se résume à notre absence de fournitures essentielles de médicaments et de nourriture. C’est une situation difficile où le peuple vénézuélien souffre et est en danger. Ils manquent de fournitures et la vie quotidienne se détériore. C’est l’expression la plus concrète de la vie quotidienne de la guerre économique ».

Comme ils l’ont toujours fait, le peuple vénézuélien continuera à résister à l’agression impérialiste et à proposer des solutions collectives aux problèmes de l’avenir, axés sur la population. Les internationalistes et les peuples épris de paix du monde doivent continuer à les soutenir et à dénoncer les actes criminels des États-Unis et de leurs alliés qui prétendent défendre les droits de l’homme et la démocratie.

Camille Legaré

Source

La Rédaction de Reponserapide
La Rédaction de Reponserapide

Cet article a été soumis par un(e) de nos rédacteurs dont le nom a été mentionné en bas de l'article. Si vous voulez reprendre cet article ou une partie de son contenu dans votre site, vous devez impérativement mettre un lien vers cet article ou vers www.reponserapide.com.

1 Commentaire

  1. BACAR SAID Daniel 15 mai 2019 at 19 h 12 min

    le droit de l’homme
    je me demande si il savent ce sa signifie

    USA voila comment ils sauvent la démocratie et l’économie du Venezuela.
    Bourré de mensonge et il prétend que le mensonge passe mal au USA mais sérieux y’a pas plus grand menteur que eux dans l’univers, sauf les plus perdu qui les croit encore mais en grande parti sa passe plus avec leur dictature. comme on dit tôt ou tard sa fini.
    toute chose a une fin alors leur fin est proche.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut