Ebola: le Rwanda affirme que sa frontière avec la RDC reste ouverte

Actualité, République démocratique du Congo Aucun commentaire 86

Partager sur

Le ministre rwandais de la Santé est intervenu après avoir déclaré que la frontière avec la RDC était fermée, craignant que le virus Ebola ne se propage de l’autre côté de la frontière.

Le ministre rwandais de la Santé a déclaré que la frontière avec la République démocratique du Congo restait ouverte jeudi, semblant contredire une déclaration antérieure selon laquelle la frontière était fermée près de la ville congolaise frappée par le virus Ebola, à Goma.

« La frontière n’a jamais été fermée et elle n’est pas fermée », a déclaré Diane Gashumba aux journalistes alors qu’elle était assise à côté du ministre des Affaires étrangères, Olivier Nduhungirehe, qui avait auparavant déclaré qu’elle était fermée.

Les ralentissements de la circulation à la frontière ont été causés par le dépistage accru d’Ebola et non par un arrêt complet, a déclaré Gashumba.

La responsable congolaise a confirmé que la fille d’un patient atteint d’Ebola à l’est du Congo avait contracté le virus. Il s’agit du troisième cas dans une ville d’au moins un million de personnes située à proximité du Rwanda.

La confirmation du troisième cas à Goma a renforcé les craintes que le virus ne s’installe dans la ville densément peuplée, située à plus de 350 km au sud du lieu où l’épidémie a été détectée.

Le deuxième cas est décédé après avoir cherché un traitement trop tard et saignait déjà, ont annoncé mercredi les autorités.

« Les tests sur un cas suspect au centre de traitement de Goma Ebola sont positifs pour le virus Ebola. Des enquêtes sont toujours en cours autour de cette … affaire », a déclaré à Reuters le Dr Aaron Aruna Abedi, coordinateur de la réponse au virus Ebola du ministère de la Santé. au téléphone.

Après la confirmation du premier cas d’Ebola à Goma à la mi-juillet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’épidémie était une urgence sanitaire internationale.

Auparavant, il était réticent à le faire, en partie pour éviter que des pays limitrophes du Congo ne ferment leurs frontières.

Lors de la déclaration de l’état d’urgence, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré explicitement qu’aucun pays ne devrait fermer ses frontières ni imposer de restrictions aux voyages ou au commerce.

« Les autorités congolaises déplorent cette décision qui va à l’encontre de l’avis de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) » sur la lutte contre le virus, indique le communiqué de la présidence congolaise.

Zertine Dabo

Partager sur

Source

La Rédaction de Reponserapide
La Rédaction de Reponserapide

Cet article a été soumis par un(e) de nos rédacteurs dont le nom a été mentionné en bas de l'article. Si vous voulez reprendre cet article ou une partie de son contenu dans votre site, vous devez impérativement mettre un lien vers cet article ou vers www.reponserapide.com.

Poster un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Recherche

Remonter en haut